Avant l'ère chrétienne

Avant l’ère chrétienne

Voir le Rhône et le vin

Les plus anciennes traces pouvant laisser supposer la présence de la vigne dans les Alpes françaises remontent au néolithique ; des agglomérats de pépins de raisin datés de 12 000 ans ont été retrouvés sur un site lacustre du lac Léman ; d’autres témoignages plus récents (-5 500) ont été découverts sur les rives du lac d’Annecy. Mais rien ne peut affirmer la connaissance de la fermentation dans la région à ces époques.

Bien que les plus anciens témoignages écrits remontent au 1er siècle de notre ère, certains attestent de la présence de la vigne et du vin avant l’arrivée des romains. Columelle, naturaliste romain, évoque l’existence du vinum allobrogicum lors de l’arrivée des troupes romaines en Allobrogie (Vienne, Rhône) en -120. Celse l’avait déjà cité en 20 dans un traité de médecine, Pline le confirme en 71. Pourtant, Virgile n’en faisait pas allusion au siècle précédent.

Un peu plus loin, dans le Burgenland (Alpes orientales d’Autriche), la culture viticole y était déjà renommée en -700.

Côté italien, les Salasses (tribu du Val d’Aoste) produisaient du vin avant l’arrivée des troupes romaines du consul Terenzio Verone (-25).

Ces vignobles se développèrent sur les coteaux exploitables et les mieux exposés des grandes voies de communications alpines (haute vallée du Rhône, Tarentaise, Maurienne, Combe). Ils participèrent aussi au développement des principales cités, Genua (Genève), Boutae (Annecy), Darentasia (Moutiers), Condate (Seyssel), Axima (Aime), Martigny (Octudurus). L’arrivée du christianisme affirmera l'emplacement de ces villes et des vignobles.


                                                                                                                                         Pascal

                                             fichier WORD telecharger


 
 

A voir :